Vous êtes ici : Accueil > Le guide > 19- Ostéopathie et autres médecines.
Publié : 14 janvier 2013

19- Ostéopathie et autres médecines.

Il n’y a qu’une médecine ...

Affirmation de l’académie. Dans la pratique ce n’est pas vrai le constat peut être fait tous les jours : il y a la médecine telle qu’enseignée par la faculté et les médecines complémentaires ou alternatives.

Le diagnostic est un terme normalement réservé à la médecine et il n’y a qu’un diagnostic, or l’ostéopathe fait un diagnostic ostéopathique, l’homéopathe un diagnostic homéopathique, etc ...

Et puis le fait majeur en médecine de ces dernières années est "la médecine factuelle" ou "evidence based medecine" qui est censée donner le LA de ce qui est vrai ou pas, et partout nous voyons que l’on est censé ne soigner qu’en fonction des données actuelles de la science.

Deux problèmes majeurs à cela :
- Une démarche scientifique est fortement souhaitée et on ne peut qu’y souscrire largement, mais la recherche demande temps et argent et en ce moment les financements proviennent des groupes pharmaceutiques qui n’ont aucun intérêt à financer une recherche sur l’ostéopathie.
- La science parfois pense impossible des choses qui deviennent réalité plus tard.

Aussi en l’état actuel des choses, il est hors de question de ne pas utiliser les outils ostéopathiques parce qu’ils n’ont pas été validés scientifiquement, tous les jours chacun peut constater leur efficacité par le biais des utilisateurs.

Au jour d’aujourd’hui 22% des français ont consulté pour eux un ostéopathe sur l’année écoulée et cela lui a coûté de l’argent puisque non remboursé. Ce n’est donc globalement pas un gogo qui s’est fait avoir, mais quelqu’un qui a constaté un effet et l’a dit à ses voisins. Nous n’avons pas de chiffres pour l’ostéopathie animale mais la proportion d’après mes estimations devraient être d’au moins autant.

Aussi il serait bon que cesse ces procès d’intention et que tous les outils de l’ostéopathie qui semblent bons pour soigner soient utilisés, dussent ils être énergétiques, et ce malgré le flou que cela veut dire aujourd’hui en espérant que demain tout cela sera clarifié.

Aussi nous prônons que :

- Chaque thérapeute doit s’inscrire dans une démarche de test et de validation de ses propres méthodes sans pour autant s’arrêter de les faire parce que ce n’est pas dans l’orthodoxie du moment.
- Pour soigner un patient toute méthode est bonne et le propre d’un bon thérapeute est surtout d’encourager son patient à prendre dans chaque médecine ce qu’elle a de bon et surtout de faire valider les progrès et le suivi de sa pathologie par la médecine académique dans les cas lourds.
- L’ostéopathie est cousine de médecine comme la médecine chinoise, ayurvédique, etc ... elles doivent être comparées entre elles et les recherches menées ensembles.
- Il faut dés maintenant plutôt que de passer de l’énergie stérile dans des querelles de ce qui est vrai ou pas, de ce qui est orthodoxe ou pas, trouver des moyens pour que des équipes pluridisciplinaires puissent travailler ensembles mieux que cela est fait maintenant localement.

Bientôt les rapports entre les différentes façons de considérer la santé seront harmonieux, c’est leur devenir naturel, pour chaque patient il doit être possible d’utiliser le meilleur outil, sachant qu’aucun à lui seul ne peut résoudre l’ensemble des problèmes de santé.


PrécédentSuiteSommaire