Vous êtes ici : Accueil > Le guide > 15 - Je voudrais devenir ostéopathe animalier ...
Publié : 13 janvier 2013

15 - Je voudrais devenir ostéopathe animalier ...

C’est une demande que chaque ostéopathe rencontre fréquemment de la part de jeunes gens et de jeunes filles. La réponse est très complexe.

- D’abord et avant toute chose, le paysage ostéopathique est très confus, il y a trois voies de passage possibles, plus ou moins encombrées, plus ou moins longues et ardues. : vétérinaire, ostéopathe DO (humain), ostéopathe animalier.
- Les décrets n’étant pas sortis il est impossible de savoir en commençant des études maintenant si le césame représenté par l’inscription sur les futures listes de l’ordre régional sera automatique à la fin des études et à la fin de quelles études.
- Le nombre d’ostéopathes humain augmente en ce moment de façon exponentielle ou http://www.devenir-osteopathe.org/c..., et ils commencent à avoir des problèmes de survie ( Plus de 70 écoles d’ostéopathie en France en ce moment) une part non négligeable d’entre eux vont se mettre à soigner des animaux avec ou sans études complémentaires.

Comment donc depuis zéro se lancer dans de telles études avec certitude ?

- Même si je pense que l’ostéopathie est sous employée, et qu’il y a encore beaucoup à faire
- C’est un tsunami démographique qui se prépare et donc on ne peut que recommander de ne se lancer que si la passion est là et plus forte que la raison.

Légalement.

Le code rural a été modifé et permet l’existence d’ostéopathes non vétérinaires :

23 juillet 2011 parution de l’ordonnance au Journal officiel.

"Dès lors qu’elles justifient de compétences définies par décret, les personnes réalisant des actes d’ostéopathie animale, inscrites sur une liste tenue par l’ordre régional des vétérinaires et s’engageant sous le contrôle de celui-ci, à respecter des règles de déontologie définies par décret en conseil d’état."

Mai 2015 : les décrets sont en attente et le travail d’un premier groupe penché sur la question ayant été jugé trop complet par rapport à la loi, il n’est plus possible d’envisager ce que seront les décrets.

Si ce n’est qu’il nous a été dit que :

- Tout vétérinaire est ostéopathe de droit .... quand il n’y a pas d’études d’ostéopathie dans le cursus de base.
- Qu’il ne sera pas créé de profession d’ostéopathe animalier, on a du mal à concevoir que des gens exerçant un métier particulier n’aient pas de métier. Et cela semble faire la part belle aux ostéopathes humains qui dériveraient vers l’animalier.
- Pas d’agrément d’école, pas de référentiel, juste est examen final dont on ne sait rien pour permettre l’inscription sur les listes régionales de l’ordre et donc l’exercice.

Aussi à moins de briguer le concours vétérinaire qui s’il est (difficilement) obtenu, constitue une sécurité pour l’exercice, la voie de l’ostéopathie humaine semble se boucher à grande vitesse et la voie de l’ostéopathe animalier reste incertaine.

Aussi à moins d’aimer le flou et de penser que l’on se débrouillera toujours, la sagesse recommande donc d’attendre .... pour voir à quelle sauce les décrets seront accommodés.


PrécédentSuiteSommaire